entreprises créatives

L’une des principales problématiques à laquelle sont confrontés les PME des secteurs de la culture et de la création réside dans les difficultés d’accès aux fonds dont celles-ci ont besoin pour financer leurs activités, se développer, maintenir leur compétitivité ou s’internationaliser. En outre, les budgets publics pour la Culture, traditionnellement sollicités par ces secteurs, sont plutôt à la baisse.

Toutes les études le démontrent : en Europe, 85 % des entreprises créatives et culturelles éprouvent des difficultés à obtenir des financements . Les raisons sont multiples : la nature immatérielle de bon nombre de leurs actifs, des investissements à trop court terme (au projet), la difficulté des entrepreneurs à se vendre auprès des banques et des investisseurs, la faible propension des opérateurs de ces secteurs à investir, la frilosité des établissements financiers en matière d’investissements et ce, notamment du à un manque de données statistiques fiables… Leur taille est un obstacle en soit : 80% des ICC sont des PME. Mais ce sont les grandes entreprises (moins de 1%) qui réalise 40% du chiffre annuel du secteur. Les micro-entreprises n’ont pas accès aux mêmes moyens pour asseoir leur pérennité et leur croissance. Elles doivent faire preuve de dynamisme et de prise de risques.

Dans sa stratégie Europe 2020 , la Commission Européenne indique que l’UE doit instaurer des conditions plus attrayantes pour l’innovation et la créativité, notamment par des mesures d’incitation à la croissance des entreprises fondées sur la connaissance et un meilleur accès aux financements des secteurs de la culture et de la création.

Europe créative, le nouveau programme–cadre de la Commission européenne pour les secteurs de la culture et de la création (2014-2020) entend établir une facilité financière à destination des ICC. Celle-ci vise une augmentation du nombre d’établissements financiers possédant une expérience dans les secteurs de la culture et de la création. Mais également elle a pour ambition de modifier les comportements de certains secteurs, soit à privilégier les prêts plutôt que les subventions, à renforcer leur compétitivité tout en réduisant leur dépendance à l’égard des financements publics .

logo Fédération Wallonie Bruxelles logo Wallonie logo finance