entreprises créatives

Une récente enquête menée dans le courant de l’année 2011 par le cabinet de conseil Kurt Salmon auprès de 213 entrepreneurs actifs dans les ICC en Belgique confirme cette difficulté à se financer.

Les entreprises consultées par Kurt Salmon font principalement appel aux fonds propres (sources Family, Friends and Fools). Seuls 46% des répondants ont fait appel à des sources de financement externes. Les bourses et subsides publiques sont difficiles à obtenir pour la plupart et restent des apports ponctuels encourageant peu une logique de stratégie et de développement à long terme. En outre, les investisseurs privés (banques) restent frileux face à une industrie créative encore considérée comme un secteur à risque. Et inversement, le recours aux investisseurs privés est parfois freiné pas les entrepreneurs culturels eux-mêmes qui craignent un déplacement des indicateurs de performance et une restriction de leur indépendance créative…

Partout en Europe, la mise en place de modèles financiers innovants tels que le capital-risque, les garanties et les autres instruments de partage des risques mis en œuvre par l’intermédiaire des acteurs du marché, peuvent contribuer sensiblement à faciliter l’accès des PME au financement.

En Belgique francophone, le fonds St’art a été créé en 2009 pour apporter directement une solution de financement aux entreprises, mais également, et plus largement, pour œuvrer, en collaboration avec d’autres partenaires, à la réflexion et à la mise en place de nouvelles solutions de financement qui sollicitent des investissements publics et privés.

logo Fédération Wallonie Bruxelles logo Wallonie logo finance